Créer un site internet

PRÉSENTATION

Principes pédagogiques généraux

Une prépa sciences-po ne saurait avoir pour objectif le bourrage de crâne des étudiants qui la fréquentent car ce serait aller à l’encontre de l’état d’esprit qui commande le cursus d’études dans les IEP et qui vise à mettre ceux qui le suive en situation de développer une réflexion autonome et originale. Pour qu’une prépa science-po puisse rencontrer du succès elle doit s’imprégner de ce même état d’esprit, auquel sont très sensibles les jurys de ce concours. Dans le cadre de la prépa science-po dont vous m’avez offert la responsabilité pédagogique, il s’agira donc de familiariser les étudiants à une démarche de problématisation : par rapport à une question ou à un document, qu’ils disposent d’une méthode d’investigation qui les mette en état de formuler un questionnement pertinent et structurant à partir duquel ils pourront développer des analyses cohérentes intellectuellement et substantielles dans leur fond.

Un minimum de culture générale est indispensable, mais plus encore la curiosité et l’ouverture d’esprit, sur l’histoire, l’actualité politique et culturelle au sens le plus large, les mouvements des sciences etc, car ce n’est pas en 130 h que la prépa pourra pallier les carences des candidats en de si vastes domaines.

Qu’il s’agisse du module d’anglais, de celui d’analyse des sociétés contemporaines ou d’histoire et de géographie modernes et contemporaines, la démarche privilégiée sera celle de l’exposé oral par les candidats, entre lesquels les enseignants auront répartis les sujets à traiter au fil des séances. Ces exposés pourront être réalisés individuellement ou à plusieurs, le travail de groupe pouvant s’avérer fécond.

À l’exception de la 1ère séance, les séances se dérouleraient donc de la manière suivante : après une très brève présentation de l’enseignant, le ou les étudiants feraient leur exposé (format de 20 mn) , suivi d’une séquence d’échanges avec la salle, puis une analyse de la prestation orale comme telle pour en faire ressortir les qualités comme les défauts, en ayant le souci de donner confiance aux étudiants ; puis une analyse qui portera plus sur le fond de l’exposé, qui permettra à l’enseignant d’apporter des éclairages complémentaires, d’ouvrir des perspectives que l’exposé aurait négligé etc., de manière à alimenter la réflexion des étudiants.

L’avantage de l’exposé oral, est qu’il oblige l’étudiant à s’impliquer, il lui interdit de se réfugier dans le rôle de récepteur passif ; c’est aussi l’occasion de lui donner confiance en lui et, à travers l’expérience concrète de la prise de parole en public, de lui rendre sensible les avantages d’un plan clair, solidement structuré, qui permet à sa réflexion de se dérouler aisément. L’oral ainsi conçu s’avère donc aussi un excellent exercice de préparation aux épreuves écrites. Cela n’exclut nullement qu’il leur soit demandé de réaliser de tels travaux qui constitueront la seconde grande modalité de formation et d’évaluation de leurs progrès.

Pour aider les étudiants dans leur tâche, il leur sera communiqué pour chaque exposé un ensemble de repères bibliographiques et éventuellement des documents reprographiés (dont il faudra déterminer le volume possible sur l’ensemble de l’année). Même s’ils ne sont pas inscrits à l’Université, il doit être possible aux élèves de la prépa d’aller travailler incognito à la BU de Saint-Denis dont ils pourront exploiter les ressources documentaires.

Documents et bibliographie seront déterminés en fonction des ouvrages et des bibliographies communiquées par les IEP (le concours commun Lille/Lyon/Aix/Strasbourg/Toulouse/Rennes, les IEP de Bordeaux, de Grenoble, de Paris qui ont conservé un concours spécifique) comme documents de base aux épreuves du concours ; on fera aussi usage des annales, que la plupart ont mis en ligne, des épreuves des années précédentes.